NDEspérance

Forum sous la protection de Marie de l'Espérance
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion

ApparitionsMariales

Bible mp3

JesusMarie.com

Jésus C.E.F.fr

Liturgie des Heures

Paroles Ste Thérèse

Pensées du jour

Pour Aujourd'hui

Psaume dans la ville

Saint du jour

Site du Vatican

Textes du jour

Zenith

Mystères joyeux

Mystères lumineux

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Rosaire Vidéos

Lourdes-Espérance

Laval - Fidélité

Lyon - R.C.F.

Québec-Sacré-Coeur

Québec-Radio Maria

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 50 le Ven 19 Oct 2012, 13:15

Combattez les spams : Cliquez ici


Partagez | 
 

 Thème : Le Pardon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marielle
Animateurs
Animateurs
avatar


MessageSujet: Thème : Le Pardon   Jeu 08 Sep 2011, 08:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pardonner, réparer, restaurer

Le pardon est la base de notre foi en Christ. Il est mort pour nos péchés pour que nous puissions être pardonnés mais aussi pardonner à ceux qui nous ont offensés.

« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père céleste ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. » ]Matthieu 6, 14-15 (Louis Segond, LS)

Le pardon n'est pas une option ! Que nous le ressentions ou non, c'est une décision !
Il relève d'un processus qui n'est pas instantané mais requiert plusieurs étapes :

  • Compter les blessures,
  • Évaluer les dégâts,
  • Les remettre entre les mains de Jésus en les Lui abandonnant complètement pour que l'offense soit transférée entre notre Dieu et l'offenseur.

Il faudra sans doute accepter que l'offenseur ne réalise jamais la douleur affligée. Ne pas s'accrocher à cette peine, c'est ne pas autoriser ce poison de souffrance à nous détruire de l'intérieur. Le pardon est une vraie libération, de l'intérieur vers l'extérieur !

Jésus va plus loin que l'étape du pardon. Malgré nos chutes, Lui nous redonne sa confiance !

Voilà une notion très difficile à embrasser, comment faire à nouveau confiance?
Bien sûr, je ne parle absolument pas ici d'une situation où la personne offensée serait mise en danger par l'offenseur! Le pardon reste une étape indispensable pour la victime, (parce que le pardon prend uniquement place entre Dieu et l'offensé et non entre l'offensé et l'offenseur…) mais la « victime » doit absolument se mettre en sécurité, ainsi que sa famille.


Regardons l'exemple de Pierre.

« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » déclare « l'heureux » Pierre (Matthieu 16, 13-17 : " "16 Simon-Pierre répondit : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant." 17 En réponse, Jésus lui dit : "Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t'est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. "). Il connaît vraiment Jésus et vit une marche par la foi qui est remarquable (sortie de la barque).

Jésus l'avertit : « Satan vous a réclamés pour vous cribler … Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères. » Luc 22, 31-33

Malgré sa relation intime, sa marche avec Jésus, Pierre va Le renier trois fois, avant le troisième chant du coq, comme Jésus le lui avait dit
. « Il pleura amèrement. » Luc 22, 62

Il est facile d'imaginer les remords et les regrets qui ont du tourmenter Pierre, sa demande de pardon qui est montée vers le Père… Au moment où les femmes viennent annoncer la résurrection de Jésus, tous les disciples ont du mal à les croire mais Pierre se lève promptement pour aller constater que le tombeau est vide, et là, il ne comprend toujours pas… (Luc 24, 9-12 : " 9 A leur retour du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. 10 C'étaient Marie la Magdaléenne, Jeanne et Marie, mère de Jacques. Les autres femmes qui étaient avec elles le dirent aussi aux apôtres ; 11 mais ces propos leur semblèrent du radotage, et ils ne les crurent pas. 12 Pierre cependant partit et courut au tombeau. Mais, se penchant, il ne voit que les linges. Et il s'en alla chez lui, tout surpris de ce qui était arrivé."). Il est dans une période de grande confusion.

Le fougueux disciple a renié son Sauveur, mais Jésus ne le laisse pas de côté pour autant. Lors de sa troisième apparition après la résurrection, Jésus donne enfin l'opportunité à Pierre de réaffirmer son amour pour Lui. Il lui offre une possibilité de réparer, à la hauteur de la faute commise :

Par trois fois Pierre a renié, par trois fois, il va pouvoir « prouver » son amour. Il est alors « revenu », comme Jésus le lui avait dit (Luc 22, 33 : " Celui-ci lui dit : "Seigneur, je suis prêt à aller avec toi et en prison et à la mort. ") et Il va être celui choisi pour prêcher lors du premier grand rassemblement de la Pentecôte. (Actes 2 :14)

Jésus lui a pardonné, lui a donné l'occasion de se « racheter » puis Il l'a restauré, complètement.

De nos jours, qui de nous aurait fait confiance à cet homme ? Je ne suis pas sûre que nos institutions l'auraient utilisé comme Dieu l'a fait.

Quelle leçon pour nous ! Lorsque le pardon est réel et complet, nous devons donner une chance à la personne qui nous a offensés de nous prouver son « retour ». Les étapes de ce prix à payer doivent être définies par la personne offensée, en proportion de la peine subie, bien sûr.

De quoi ai-je besoin pour pouvoir faire à nouveau confiance ? Et pendant combien de temps, il ou elle devra me prouver son « retour » ? La période de réparation doit conduire à une restauration complète… Pierre n'a pas eu à payer toute sa vie sa trahison.

«Les choses anciennes sont passées ;voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, … et qui nous as donné le ministère de la réconciliation. » 2 Corinthiens 5, 17-18

Le jour de la restauration devrait être un jour de célébration, une date à marquer dans le calendrier, comme le jour de la Pentecôte pour Pierre, pour que lorsque notre mémoire veut nous ramener dans le passé, ce soit le jour de la célébration qui devienne le souvenir lié à l'offense du passé.

N'est ce pas ce que Dieu fait avec nous ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
marielle
Animateurs
Animateurs
avatar


MessageSujet: Pardonner "si il est possible"   Jeu 08 Sep 2011, 09:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pardonner "si il est possible" ?



Suite à la deuxième publication de l'article « Pardonner, réparer, restaurer », des questions ont été soulevées auxquelles je voudrais apporter un élément de réponse, en me basant sur un texte de mon père, pasteur et excellent enseignant de la Parole de Dieu.


Oui, il est indispensable de pardonner :

« Si vous pardonnez aux hommes …, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas …, votre Père céleste ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. » (Matthieu 6, 14-15) (Louis Segond, LS)

“… C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur. ” (Matthieu 18, 23-35 LS : " 18.23 C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. 18.24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. 18.25 Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée. 18.26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. 18.27 Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. 18.28 Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois. 18.29 Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai. 18.30 Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait. 18.31 Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé. 18.32 Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié ; 18.33 ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi ? 18.34 Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait. 18.35 C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur. "

Ces versets parlent d'eux-mêmes. Que peut-il nous être fait pour lequel Jésus n'est pas déjà payé sur la croix ? Nous ne sommes pas plus grands que le Maître.

Un des fruits amers du non pardon est la rancœur qui nous prive de la grâce de Dieu. Ce poison est contagieux et l'on peut se retrouver à le répandre autour de soi en médisant. Mais la première victime, c'est nous ! Tout comme ce supplice du temps des romains, où le corps de la victime était littéralement cousu au dos du meurtrier, pour que celui-ci finisse par mourir à cause des fruits de son propre crime.

Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés. (Hébreux 12, 15 LS)

Nous avons déjà développé le thème de la restauration qui permet de tourner la page et de faire que la vie continue, bien entendu, uniquement si cela est possible.

S'il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. (Romains 12, 18)

Nous devons aussi réaliser qu'en faisant acte de pardon, nous résistons aux diviseurs des frères. Le pardon est donc indispensable !


Mais que penser de la parole de Pierre ?

« Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s'il est possible… » (Actes 8, 22 LS)

Il nous faut avoir, comme donnée de base, la certitude que tous nos péchés peuvent être pardonnés, à l'exception d'un seul, le blasphème contre le Saint-Esprit qui peut s'expliquer très simplement par le fait d'attribuer des choses que le Saint-Esprit accomplit, au diable.

« Il y a un péché qui mène à la mort. » (1 Jean 5, 16 LS)

Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné "… (Matthieu 12, 31-32 LS)

Galates 5 : 19-21 : 5.19 Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, 5.20 l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, 5.21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. " nous donne une liste des œuvres de la chair qui inclut la magie (ainsi que les excès de table, d'ailleurs). Ceux qui commettent ces péchés recevront le pardon si ils se repentent.

L'incertitude de Pierre ne vient pas du fait que Simon ait pratiqué la magie, mais porte sur les propos (la démarche) de Simon. Est-ce un blasphème contre le Saint-Esprit, un outrage fait à l'esprit de la grâce ?

Ici, Pierre n'a pas de révélation.

Dans le cas du péché d'Ananias et Saphira (Actes 5, 3-9 : " 5.3 Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ? 5.4 S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition ? Comment as-tu pu mettre en ton cœur un pareil dessein ? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu. 5.5 Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs. 5.6 Les jeunes gens, s'étant levés, l'enveloppèrent, l'emportèrent, et l'ensevelirent. 5.7 Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé. 5.8 Pierre lui adressa la parole: Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ? Oui, répondit-elle, c'est à ce prix-là. 5.9 Alors Pierre lui dit: Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur ? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t'emporteront. ") Dieu a révélé, par une parole de connaissance, la faute commise; Pierre avait reçu la révélation de leur état de cœur et n'est qu'un témoin de la suite que le Seigneur y a donné.

Dieu ne révèle pas ses plans " sur commande ".

Le prophète Elisée, révèle les plans du roi de Syrie (2 Rois 6, 12 : " L'un de ses serviteurs répondit : Personne! ô roi mon seigneur; mais Élisée, le prophète, qui est en Israël, rapporte au roi d'Israël les paroles que tu prononces dans ta chambre à coucher.") , connait la tromperie de Guéhazi (2 Rois 5, 26 : " Mais Élisée lui dit: Mon esprit n'était pas absent, lorsque cet homme a quitté son char pour venir à ta ren-contre. Est-ce le temps de prendre de l'argent et de prendre des vêtements, puis des oliviers, des vignes, des brebis, des boeufs, des serviteurs et des servantes ? ") … et pourtant doit reconnaître que parfois, il n'a pas reçu de révélation.

« l'Éternel me l'a caché et ne me l'a point fait connaître.” (2 Rois 4, 27 LS)

Notre responsabilité est de faire connaitre l'Evangile de la grâce, pas de déterminer qui peut être pardonné ou pas selon la " gravité " de l'offense à Dieu.



Jésus seul, a été établi par Dieu pour être juge :

« Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d'attester que c'est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts. » (Actes 10, 42 : " Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d'attester que c'est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts. "et 2 Timothée 4, 1 : " Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, ")

Sans révélation précise, devant le cas de Simon, Pierre, avec sagesse, rajoute « s'il est possible » .



Nous ne savons pas qu'elle réponse Pierre a donné à la requête chargée d'inquiétude de Simon :

« Simon répondit : Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu'il ne m'arrive rien de ce que vous avez dit. » (Actes 8, 24 LS )

L'enseignement que nous pouvons tirer de cet épisode est la prudence quand à la rapidité de notre cœur a juger notre prochain. Dieu seul est juge et déterminera le salut de chacun d'entre nous. Et puis, que nous importe, suivons-le chacun pour soi-même, nous efforçant de marcher dans ses plans pour notre vie !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
christiane
Animateurs
Animateurs
avatar

près de Lyon

MessageSujet: Re: Thème : Le Pardon   Jeu 08 Sep 2011, 09:14

J'ai peu à pardonner mais beaucoup à me faire pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
marielle
Animateurs
Animateurs
avatar


MessageSujet: Re: Thème : Le Pardon   Jeu 08 Sep 2011, 09:40

Bonjour Christiane,

Contente de te voir, je pensai que tu ne serai pas là aujourd'hui??? ou alors j'ai mal lu.
En ce qui me concerne, le pardon est important car sans le faire exprès, on blesse des personnes ou on a une mauvaise pensée ou autres mais aussi savoir se pardonner comme savoir s'aimer, chose qui n'est pas si simple (enfin ce qu'on m'a enseigné lors d'une retraite chez les bénédictines mais il est essentiel que le Sacrement de Réconciliation soit fait régulièrement car c'est une grâce et à autant de force que le sacrement de l'Eucharistie.
Pour ma part, je ne peux prendre l'Eucharistie si j'ai commis un péché car je trouve que ce n'est pas honnête vis à vis du Seigneur, voir hypocrite de communier. Enfin j'espère que je me suis bien exprimée.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thème : Le Pardon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thème : Le Pardon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NDEspérance :: Accueil :: Nos Forums :: Vie de l'Eglise-
Sauter vers: