NDEspérance

Forum sous la protection de Marie de l'Espérance
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion

ApparitionsMariales

Bible mp3

JesusMarie.com

Jésus C.E.F.fr

Liturgie des Heures

Paroles Ste Thérèse

Pensées du jour

Pour Aujourd'hui

Psaume dans la ville

Saint du jour

Site du Vatican

Textes du jour

Zenith

Mystères joyeux

Mystères lumineux

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Rosaire Vidéos

Lourdes-Espérance

Laval - Fidélité

Lyon - R.C.F.

Québec-Sacré-Coeur

Québec-Radio Maria

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 50 le Ven 19 Oct 2012, 13:15

Combattez les spams : Cliquez ici


Partagez | 
 

 Le mystère de la Très Sainte Trinité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le mystère de la Très Sainte Trinité   Dim 19 Juin 2011, 15:46

L’Eglise nous invite aujourd’hui, et tout au long de la semaine, à contempler le mystère de la Sainte Trinité, qui est le mystère même… de Dieu, et plus exactement d'un seul Dieu… en trois personnes.





Il s’agit là assurément de l’un des plus grands mystères de notre foi, avec le mystère de l’Incarnation, et celui de la Rédemption. Il s’agit même du premier et du plus grand de tous les mystères chrétiens, parce qu’il nous révèle quelque chose de l'intimité de la vie divine, et que les deux autres mystères le présupposent.


Un seul Dieu… en trois personnes!

Voilà bien un mystère difficile à comprendre pour nos pauvres intelligences humaines! L’histoire des religions témoigne de l’inévidence d’une telle foi. Seul le christianisme a pu développer une telle conception d’un Dieu Unique mais non solitaire, en Qui existe une communion d’amour éternelle entre trois personnes. Oui, seul le christianisme ose affirmer l’existence d'une pluralité de personnes divines sans verser pour autant dans le polythéisme : les chrétiens croient ainsi de toutes leurs forces en l’unicité de Dieu : la Trinité pour eux est une « tri-unité », le mot Trinité signifiant précisément « Trois dans l’Unité ».

Bien entendu, si les chrétiens professent leur foi en la Sainte Trinité, ce n’est pas parce qu’ils sont plus intelligents que les autres, mais parce que cela leur a été révélé par Dieu lui-même. C'est pourquoi il s'agit d'un dogme. C’est le fruit de l’enseignement de Jésus dont toute la pédagogie a consisté à amener progressivement ses disciples à la connaissance du mystère de sa personne, et en particulier de sa divinité ; de sa relation particulière à un Autre qu’il ne cesse d’appeler son Père, avec lequel il dit ne faire qu’UN ; et d’un mystérieux Esprit dont il a annoncé la venue et qui doit conduire l’Eglise vers la vérité toute entière ». La dernière consigne du Maître à ses disciples ne sera-t-elle pas de baptiser les nations « au nom(et non aux noms) [b]du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mat 18, 19)?



Un Père, un Fils, et un Esprit Saint…


A la lumière de cette révélation de Jésus, et sous la motion de l'Esprit Saint reçu au jour de la Pentecôte, les Apôtres et les rédacteurs du
Nouveau Testament, ainsi que les Pères de l’Eglise et les Docteurs des premiers siècles, dans leur travail de relecture des Ecritures, ont pu déceler des « traces » (devenues évidentes) de la Sainte Trinité dans l’Ancien Testament lui-même. Ainsi, dans le fameux passage du chapitre 8 du Livre des Proverbe que nous avons lu aujourd’hui, et qui met en scène un
mystérieux personnage se présentant comme la Sagesse, fondée par Dieu avant la Création du monde, à laquelle elle a elle-même participée comme « maître d’œuvre », et qui déclare « trouver ses délices parmi les enfants des hommes » : toute la Tradition chrétienne a vu dans cette Sagesse personnifiée la figure même du Christ Seigneur, « engendré non pas créé », qui était au commencement auprès de Dieu, qui était Dieu, et « par qui tout a été fait ».

Depuis les Apôtres jusqu’à ce jour, l’Eglise a donc toujours professé la croyance en ce mystère, comme on le voit dans ses symboles, sa liturgie et dans les déclarations des Conciles : « La foi catholique est que nous adorions un seul Dieu en trois personnes et trois personnes en un seul Dieu, sans confondre les personnes ni diviser les substances » (Symbole de Saint Athanase) ; « Nous croyons fermement et nous reconnaissons qu’il n’y a qu’un seul vrai Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, trois personnes mais une seule substance, une seule nature » (IVe Concile du Latran).

L’unité s’applique donc à la substance, à la nature, à l’essence même de Dieu : dans la Trinité, il n’y a qu’une seule substance divine, qu’une seule nature divine, qu’une seule essence divine, qu’une seule divinité. La distinction s’applique quant à elle aux personnes, aux processions, aux relations, aux noms, et aux missions.


En Dieu, il y a trois personnes distinctes : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Le Père est Dieu. Le Fils est Dieu. Le Saint Esprit est Dieu. Mais ils ne sont pas trois dieux : ils sont un seul et même Dieu. Ils sont un seul et même Dieu parce qu’ils n’ont qu’une seule et même nature, une seule et même divinité.


On objecte qu’il y aurait contradiction à dire que trois font un. Mais la contradiction existerait si nous affirmions que trois personnes ne font qu’une personne, ou qu’une nature fait trois natures. Or nous croyons, ce qui est bien différent, que Dieu est UN en TROIS personnes ; qu’il y a trois personnes en un seul Dieu. Dans le dogme de la Sainte Trinité, l’unité affecte la nature, et la trinité, les personnes. La distinction des personnes divines ne détruit donc pas l’unité de leur nature, car en même temps qu’elles sont autres par leur relations incommunicables et leurs propriété personnelles, les personnes divines sont mêmes par leur nature et leurs perfections absolues : le Père communique ainsi toute sa nature et toutes ses perfections à son Fils, et le Père et le Fils communiquent au Saint Esprit, qui procèdent d’eux, cette même nature et ces mêmes perfections.

Unité de nature, distinction de personnes : voilà les deux« bouts de la chaîne » à tenir fermement. On tomberait dans le « modalisme » si l’on présentait les Trois Personnes divines comme trois « modes », trois facettes du seul et même Dieu : le Père serait par exemple Dieu en tant qu’Il nous crée ; le Fils, Dieu en tant qu’Il nous parle et nous sauve ; et l’Esprit-Saint, Dieu en tant qu’Il nous habite et nous sanctifie. On tomberait symétriquement dans le « trithéisme » si l’on oubliait que les Trois Personnes n’ont à elles trois qu’une seule nature, une seule intelligence, une seule volonté. Les Trois Personnes de la Sainte Trinité ne sont pas en effet un triumvirat, la réunion de trois personnes qui voteraient à l’unanimité les différentes décisions qu’elles auraient à prendre. Ce ne sont pas trois personnes qui mettent en commun leurs idées et leur énergie ; ce sont Trois Personnes qui partagent la même vie, la même intelligence, la même volonté et la même activité. Les chrétiens ne croient donc pas en trois dieux, ainsi que le pensent certains musulmans peu instruits de notre foi, mais en un seul et même Dieu en trois personnes.

Ce n’est que de façon analogique, à la vérité, que nous utilisons les chiffres 1 et 3 pour parler des Trois Personnes divines et de leur unique nature. Selon Maxime le Confesseur : « Même si la divinité, qui est au-delà de tout, est célébrée par nous comme Trinité et comme Unité, elle n’est ni le TROIS ni le UN que nous connaissons comme nombres »
(Scholies sur les noms divins, 13 – PG 4, 411 C). Les Trois Personnes divines ne sont pas des réalités que l'on peut additionner, comme trois objets posés l’un à côté de l’autre sur une table. On ne peut pas davantage additionner le Dieu unique avec d’autres êtres, comme on pourrait le faire pour des mètres carrés et des mètres cubes. Les êtres créés sont en effet d’un autre ordre, le Tout-Autre étant présent à tout instant en chacun d’eux, ne cessant de les porter dans l’être et de les créer...

Que ce mystère de la Sainte Trinité soit... un fameux mystère difficilement compréhensible à nos esprits humains, cela est facilement… compréhensible! Comme aime à le dire le Père Descouvemont, « c’est évident que ce n’est pas évident »! Mais cela doit-il nous étonner, s’agissant du mystère même de Dieu ? L’intelligence humaine étant limitée et imparfaite, comment pourrait-elle saisir la plénitude de la Vérité de Dieu qui est infinie ? Notre ami Yves rappelait à ce sujet cette savoureuse anecdote de la ren-contre de Saint Augustin et de l'enfant au bord de la mer

Les sciences positives ont ainsi beau progresser, beaucoup de choses restent encore à découvrir. On serait même tenté de dire que plus on avance dans les connaissances scientifiques, plus les questions soulevées sont nombreuses, tant nos représentations classiques se trouvent parfois bousculées (que l’on songe par exemple aux extraordinaires découvertes de la mécanique quantique)… Dès lors, si notre monde, qui est fini, renferme encore tant d’obscurité pour notre faible intelligence, comment s’étonner de rencontrer le mystère s’agissant de Dieu, l’« Au-delà de Tout »…

Ce n’est donc que par la foi en la Parole de Dieu et en la Vérité révélée que nous pouvons avoir « accès au monde de la grâce »
, et au mystère de la Sainte Trinité qu’il nous est impossible de comprendre et de démontrer par les seules facultés de la raison naturelle.

Pour autant, si le mystère de la Sainte Trinité est de soi inaccessible à la raison humaine, elle n’est pas totalement inintelligible, ni contraire à la raison. Nous pouvons ainsi nous en faire quelque idée imparfaite par analogie avec le monde créé dont nous avons l’expérience. Nous y trouvons en effet de nombreux exemples d’unité dans la triplicité. C’est l’homme avec ses trois composantes : le corps, l’esprit et l’âme ; la nature, avec ses trois règnes : minéral, végétal, animal ; la matière, avec ses trois états : solide, liquide, gazeux ; l’espace, avec ses trois dimensions : longueur, largeur, profondeur ; le temps avec son passé, son présent, et son avenir ; l’arbre avec ses trois parties : racines, tronc, branches ; etc.

Notre raison pourrait aussi concevoir qu’il y ait en Dieu trois personnes inséparables : l’Aimant, l’Aimé, et l’Amour (Stan Rougier), et comprendre ainsi, avec le solide bon sens de cet enfant du catéchisme, que « Ben, si Dieu est amour, y peut pas êt’ tout seul! »

Comme l’affirmait le Père Descouvemont dans une formule admirable : « le mystère n’est pas un mur sur lequel on bute, mais un océan sans rivages que l’on a jamais fini d’explorer ». Puissions-nous faire nos délices dès ici-bas de la contemplation de la Sainte Trinité, qui sera notre éblouissement éternel...


Sources : Exposition de la Doctrine chrétienne, Tome I, "Le Dogme", Editions Fideliter
Père Pierre Descouvemont, "Les apparents paradoxes de Dieu", Presses de la
Renaissance



Par Matthieu BOUCART - Publié dans : Questions sur la foi - Communauté : Praedicatho.com

Lien : http://totus-tuus.ove-bloc.com/

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mystère de la Très Sainte Trinité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NDEspérance :: Accueil :: Nos Forums :: Vie de l'Eglise-
Sauter vers: